Charles_Fréger_YOKAINOSHIMA (2)

Si vous êtes fatigué du flux continu d’images et d’événements, si vous ne savez plus bien à quoi ressemble le monde ni si vous êtes fait pour lui, si la réalité vous échappe parfois, si vous vous sentez un peu étranger, si vous vous croyez minoritaire, si l’espace est trop étroit et le temps trop compté, si vous espérez retrouver
un rire qui n’est pas télécommandé, si vous êtes preneur d’un lien avec un autre, des autres, si vous voulez simplement un moment pour vous, alors cela vaut la peine naviguer sur ce site. Le monde, c’est la planète et c’est aussi sa famille, c’est le paysan d’Afrique et c’est son voisin. Chaque jour est le théâtre d’un festival d’antinomies : il est impossible d’échapper à l’horreur de ce qui se passe internationalement ; en même temps, il y a les voix de ceux qui résistent et les petits
bonheurs auxquels se rattacher.

De cette matière protéiforme, la programmation et toutes les propositions qui sont faites cette saison tentent de rendre compte, à l’attention d’un public tout aussi protéiforme.
Ici, que vous soyez guerrier de la République dominicaine ou yokai du Japon ou vous dont le costume de paille ne figure pas en couverture, vous êtes unique et différent. Charge à l’artiste de vous renvoyer votre humanité. Parfois, cette humanité produit des singularités étonnamment similaires…
Si vous croyez encore que ce théâtre s’adresse à un petit noyau d’initiés, n’insistez pas trop. Mais si vous avez envie de voir plus juste, de rire plus vrai, de
respirer plus profond, alors oui, essayez, poussez la porte du théâtre, ouvrez GRAND !

Marie-Pia Bureau